Souscrivez à notre newsletter

________ Filtres ________

arrow

LinkedIn a récemment posté ses “top compétences de 2019” et c’est très intéressant: la créativité est (enfin) la n ° 1 des compétences que les entreprises recherchent parmis leurs futures recrues. On dirait que le “paradigme des soft skills” commence à prendre forme. Mais petit problème. Nous parlons de la créativité en tant que compétence, en tant qu'esprit, en tant que talent… Mais avant tout la créativité qu’est ce que c’est exactement ?



Qu'est-ce que la créativité?

Selon Christine-France Peiffer, doctoresse en psychologie clinique et projective à l'Université Paris Descartes, la créativité est «la capacité de réaliser une production nouvelle et adaptée».

Donc une compétence? Lorsque Tony Wan, rédacteur en chef chez EdSurge, a posé des questions à ce sujet à de nombreux acteurs influents du monde de l’Éducation, les réponses sont plutôt mitigées. Certains disent compétence, d’autres un mindset, certains les deux (what ?).

Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas un talent inné, en effet la créativité se travaille et s’exerce via différentes méthodes. Nous y reviendrons une autre fois. Autre problème maintenant. Comment s’évalue t-elle ?

Dans l’Enseignement supérieur, on a tendance à voir des méthodes d’évaluation assez standardisées pour évaluer les compétences ou les connaissances des étudiants. Cela rend bien difficile la notation d’une compétence aussi intangible que celle de la créativité. Alors comment ?



Évaluer l'autocritique

Pour les projets d'écriture créative, évaluez l'auto-évaluation. C’est à dire laissez les étudiants donner une autocritique à leur travail et n’évaluer que cela.

Cette méthode permet d’avoir un regard plus objectif sur la performance. En demandant aux étudiants le processus qu'il a adopté, le «pourquoi», le cadre et la stratégie, vous avez accès à la logique créative de l’individu. CE qui permet d’apposer une note à un travail à la base très subjectif.



Laissez les élèves décider de leur rubric

Le réel avantage ici est évidemment l’engagement des étudiants dans le processus d’évaluation.

Il s’agit de leur permettre de parler du sujet, de leur mission, de leur évaluation et leur barème de notation. Il est encore plus intéressant d’effectuer ce processus sous la forme d’un dialogue, de questionnement, “Selon quels critères peut-on considérer un tel travail comme excellent ?”

Engagement pur, réflexion pure, empathie. On est dans de l’active learning et on déclenche un processus créatif chez les étudiants.



Adapter l'évaluation

Nous avons parlé des méthodes de notation, des process d’évaluation, Qu’en est-il des formats d’évaluation ?

Opter pour des évaluations plus adaptées aux compétences attendues semble faire du sens, pourtant, ce modèle reste encore minoritaire.

Quoi de mieux qu’un bon vieux jeu de rôle pour apprécier les compétences créatives des étudiants ? Pour ce qui est des jeux de rôles on vous propose de jeter un oeil ici ! Sinon, notre dernier livre blanc est consacré aux nouvelles méthodes d’évaluation.


Et vous quelles sont vos méthodes ?