Souscrivez à notre newsletter

________ Filtres ________

arrow

Durant la conférence de 2018 de l’OMC, le CEO d’Alibaba Jack Ma lance un appel à une nouvelle forme d’éducation : “afin de maintenir le dessus sur les machines on ne peut plus seulement enseigner des connaissances”, en effet celles-ci se trouvent partout aujourd’hui. En affirmant que “nous devons enseigner des compétences uniques”, Jack Ma parle des “soft skills”, ou compétences douces, et des “valeurs” telles que la créativité, l’empathie, l’art, la pensée critique etc.

Jack Ma lors de sa séance d’interview à l’OMC en 2018

Alors que nous sautions de joie face à une déclaration si excitante pour le futur de l’éducation, après réflexion, une idée nous est venue : les jeux de rôles font partie de ces nouvelles méthodes qui permettront l’apprentissage des soft skills.


Les… jeux de rôle ?

Quand on parle de jeux de rôle (JDR), on pense souvent aux bons vieux “Donjons et Dragons” auxquels nous jouions plus jeunes. Des jeux fantastiques et prenants au cours desquels nous devions généralement s’armer de guides monstrueusement épais afin de se familiariser avec le vocabulaire du jeu, ses monstres et ses armes légendaires.

Il est vrai, ce jeu au succès mondial a changé des générations entières. Mais les jeux de rôle peuvent aussi bien être autre chose que des mondes fantastiques limités par les règles établies par les guides de jeu.

En effet, les jeux de rôle sont tout d’abord des histoires.

Alors oubliez tout sur les jeux de plateaux et les jeux ne serait-ce que partiellement limités. Pensez plutôt aux jeux de rôle comme le jeu d’une histoire sortie de votre imagination et de votre travail.

Comment ça marche ?

Tout d’abord, comme l’avez deviné, un zeste d’imagination est nécessaire pour bâtir une histoire. Sans oublier la maîtrise de la lecture, le goût de l’écriture et, en garniture, une pensée et une organisation relativement structurée.

Ensuite, il faut établir quelques règles à votre jeu et son environnement, une musique d’ambiance pour vos séances de jeu ainsi que des illustrations des personnages et décors afin d’aider à projeter son imagination.

Enfin, et le point le plus important : il faut des gens pour jouer ! Que se passe t-il si personne ne veut jouer ? Vous pourrez remédier à ce problème en créant votre jeu en ligne sur des forums. Un choix qui peut aussi trouver son succès.

Par exemple, la récente, très prometteuse série TV The Expanse a commencé comme tel, un jeu de rôle online !

Plus largement, on peut souligner de nombreux bienfaits à ce type de jeu de rôle. On le retrouve autant dans la vie personnelle que professionnelle, mais aussi dans l’éducation et la pédagogie dans lesquels il pourrait se révéler très efficace !

Voici trois bienfaits que nous trouvons à ce jeu de rôle.

1. Écrire une histoire anime votre créativité

Au-delà de l’acte de jouer, écrire est incroyablement bon pour entretenir l’inspiration dans tous les domaines, en effet, dans le cas du jeu de rôle créatif, on s’entraîne à se projeter dans un monde que l’on essaye de visualiser aussi clairement que possible.

L’écriture de l’environnement, de la complexité des personnages et des structures socioéconomiques sont des challenges inspirants qui nécessitent beaucoup de recherches, donc d’apprentissages.

L’élaboration de son monde nous propulse dans une phase de problem solving constante durant laquelle on travaille sa créativité et sa capacité de projection de manière organisée.

Comment faire voyager les personnages à travers ce monde ? Que pourront-ils apprendre dans telle ville ou tel environnement ? Via tel personnage ou telle sous-aventure ? Comment construire un twist digne d’un David Fincher ? Ce type de questions seront autant d’aventures à accomplir pour un créateur de jeu. Aventures au cours desquelles des compétences se développeront.

Comme nous le disions plus haut, créer son histoire a des répercussions bénéfiques sur son quotidien. On devient plus curieux, plus ouvert aux nouvelles idées, plus organisé dans ses projets personnels.


2. Construire son monde et le raconter exerce notre storytelling

Le cercle des poètes disparus

Le but des jeux de rôle n’est pas seulement d’écrire une histoire pour qu’elle soit lue mais bien jouée n’est-ce pas ?

En tant que créateur d’histoire, vous avez donc la responsabilité de faire preuve d’un storytelling engageant et inspirant… rien que ça.

Les joueurs doivent adopter leur personnage et être inspirés par ceux-ci. Rien qu’en écoutant votre voix ils doivent pouvoir s’y voir ! Mais le storytelling passe aussi par l’organisation des conditions de jeu. Une musique, un décor peut absolument tout changer !

Le challenge est le suivant : inviter des personnes à un voyage collectif. Un peu comme un voyage dans rêve que l’on retrouve dans le chef d’oeuvre - d’accord les avis sont partagés là-dessus - de Christopher Nolan, Inception.

Maîtriser le storytelling est un sacré coup de pouce dans la réussite de chacun, dans une carrière, dans la vie d’une entreprise, dans tous projets.

On pourrait citer tant d’auteurs, de David Ogilvy aux tribus amérindiennes, faisant l’apologie du rôle du récit et de l’histoire dans la société d’aujourd’hui.

C’est une notion qui se doit d’être inculquée aux plus jeunes comme aux plus vieux. Ainsi, le jeu de rôle est bien un moyen plus qu’efficace de l’apprendre et de l’entraîner.


3. Le jeu collectif développe l’empathie et la collaboration

Cela peut paraître naïf mais non. Chez TestWe, nous nous sommes nous-mêmes prêtés aux jeux de rôle et les résultats étaient au rendez-vous.

Bien qu’au début de l’aventure les équipes du jeu semblaient mal coordonnées, on a pu observer par la suite un net développement de la coopération et de l’écoute entre joueurs de l’équipe. Au-delà d’un bon moment passé ensemble, ce fut surtout une occasion d’améliorer notre propre communication et finalement notre jeu d’équipe.

L’écoute est une qualité plus que recherchée et évidemment cruciale dans tous les aspects de la vie, on ne le sait que trop bien ! C’est la première étape menant à l’empathie et à la coopération, elles-mêmes se trouvant être des solutions à bien des problèmes … personnels comme professionnels.


Finalement, les jeux de rôle sont une opportunité en or qui devrait être envisagée dans l’apprentissage pour des étudiants de tout âge

Que vous soyez l’auteur du jeu ou l’un de ses joueurs, les JDR sont une véritable source d’apprentissage et tout particulièrement de soft skills pour revenir à l’appel de Jack Ma pour une nouvelle forme d’éducation. Pourquoi insérer ces jeux dans l’apprentissage se révèle être efficace ?

Tout d’abord parce qu’ils sont fun. Le fun crée de l’engagement, de la curiosité et à posteriori favorise l’apprentissage.

Ensuite, parce qu’ils sont pragmatiques. En créant des environnements socioculturels, économiques, historiques, politiques, ou même en parlant de la physique du jeu, on enseigne des éléments de réalité, des éléments de connaissance qui par le biais du jeu provoque une curiosité sans pareils chez les apprenants.

Enfin, parce qu’on parle là de jeu social, on peut considérer que le JDR est une activité qui apprend le respect, la compréhension des autres, l’esprit collectif mais aussi la pensée critique dans le sens où l’on apprend à argumenter ses choix, à ne pas forcément foncer tête baissée à la première proposition venue. Des éléments clés dans le développement des futures générations et futures innovateurs de notre société.


Et vous vous en pensez quoi ? Avez-vous déjà testé le jeu de rôle ?